Le pouvoir des plantes


PrintEmail

Laurent Voulzy chante « Le pouvoir des fleurs », nous avons choisi de vous livrer les secrets des plantes qui guérissent. 

Plus qu’un moyen naturel de soigner les enfants, les infections, les nerfs ou encore la digestion, la médecine par les plantes est un mode de vie. Et surtout, une douce voie pour préparer votre corps aux saisons froides.

Il s’agit d’apprendre à connaître et surtout reconnaître nos alliées végétales et leurs limites dans la gestion de notre santé. Il ne faut donc pas attendre d’être très malade pour se soigner mais plutôt choisir la ou les plantes qui aident à rétablir les déséquilibres dès les premiers symptômes.

Dans le large panel de plantes médicinales les plus accessibles qui soignent, nous avons sélectionné quelques plantes parmi les plus courantes, à trouver dans votre jardin ou votre cuisine.

A consommer tous les jours, ponctuellement ou sur des périodes plus ou moins longues. En infusion, compresse ou cataplasme, découvrez les secrets et les effets bénéfiques de :

  • Ortie (Urtica dioica) : riche en magnésium et en fer, elle tonifie et détoxifie les reins.

Elle aide les personnes qui présentent des troubles liés à l’accumulation de toxines dans le corps : maladies de peau, allergies, arthrite, cancer… Energisante, elle est aussi un excellent régulateur de glycémie et aide à diminuer les effets néfastes du stress continu. Calmante, elle est une alliée pour les femmes qui souffrent de douleurs menstruelles ou suite à un accouchement.
2 à 3 tasses par jour.

  • Feuilles de framboisier (Rubus idaeus) : alliées des femmes, elles sont riches en minéraux et nutritives, elles tonifient l’utérus et soutiennent les problèmes liés au système reproducteur : douleurs prémenstruelles, crampes, endométriose,etc.

Elle est aussi d’une grande aide pour les femmes enceintes ou qui allaitent car elle enrichit le lait.
Grâce à leur action astringente, une infusion de feuilles de framboisier apaise également les maux de gorge et les petites diarrhées.
2 tasses par jour maximum, en douche vaginale ou en compresse à appliquer sur des blessures mineures ou des conjonctivites.

  • Mélisse (Melissa officinalis) : c’est la plante du lâcher-prise, celle des personnes qui ruminent sans cesse ou qui broient du noir.

Relaxante, elle favorise le sommeil, la digestion et apaise la fièvre. Antivirale, elle est aussi très intéressante en cas de grippe ou d’herpès.
A consommer en infusion tout au long de la journée.

  • Gingembre (Zingiber officinalis) : très efficace contre les gaz et les ballonnements, elle est aussi un antinauséeux et un casse-grippe puissant.

En effet, elle soulage des nausées liées au mal des transports mais aussi à une grossesse.
Casse-grippe merveilleux, elle stoppe le virus si elle est prise dès les premiers symptômes en décoction chaude. Une des raisons pour lesquelles il accompagne souvent le poisson cru est son pouvoir antiseptique car il s’attaque aux bactéries immédiatement.
Excellent pour la circulation sanguine, il est un grand soutien pour les personnes souffrant de varices.
Frais ou en poudre, il se déguste tout au long de la journée dans les plats, en infusion, décoction ou teinture.

  • Pissenlit (Taraxacum officinalis) : sa racine active le foie et le pancréas tout en favorisant l’action du système digestif. Tandis que ses feuilles possèdent de fortes propriétés diurétiques.

Très utile en cas d’indigestion, d’engorgement du foie, de mauvaise assimilation des aliments et de constipation tout en aidant à équilibrer la glycémie à l’instar de l’ortie.
Riche en potassium, elle aide aussi à lutter contre la rétention d’eau, l’hypertension ou les problèmes cutanés.
En salade, en décoction (racine) ou en infusion (feuilles), peu importe sa forme et selon les saisons, le pissenlit se consomme tout au long de l’année.

  • Lin (Linum usitatissimum) : la graine de lin est le plus connu des laxatifs doux et naturels.

Ses mucilages et ses fibres provoquent une évacuation efficace, sans provoquer de paresse intestinale à long terme.
Faire tremper 1 cuillère à soupe de graines fraîchement moulues dans un verre d’eau pendant une demi-heure et boire le tout une à deux fois par jour.

  • Ail (Allium sativum) : antibactérien, antifongique, anti infectieux, il est un puissant allié au quotidien.

Il traite aussi bien les infections respiratoires que digestives ou vaginales. Il est aussi très efficace contre les vers intestinaux.
2 à 5 gousses d’ail cru au cours de la journée. A répéter quelques jours de suite si besoin. Réduire ou stopper si votre estomac se montre fragile.
Extrait dans le vinaigre par voie interne en cas de vaginite ou en compresse sur la peau en cas de piqûre d’insecte.

  • Thym (Thymus vulgaris) : à utiliser en cas d’infection respiratoire et de troubles digestifs accompagnés de gaz et de ballonnements.

En infusion courte tout au long de la journée.
En compresse ou en cataplasme pour nettoyer les plaies. A poser sur des plaies propres au risque d’accélérer la fermeture de la lésion et de renfermer des corps étrangers.
En inhalation en cas de congestion nasale.
En bain de vapeur pour soulager l’acné du visage, notamment.

  • Chou (Brassic oleracea) : un aliment commun aux multiples vertus. Il tire la chaleur et l’infection vers lui, refroidit et apaise les tissus, décongestionne et favorise la guérison.

Très utile en cas de plaie, d’ulcère, de brûlure ou d’inflammation, il suffit de prendre une ou plusieurs feuilles fraîches, de retirer la partie dure au centre (veine majeur) et d’écraser les feuilles jusqu’à ce qu’elles soient humides.
Appliquer directement sur la partie à soigner, recouvrir d’un linge et changer toutes les deux heures.
Le chou rouge est plus efficace que le vert mais il tâche plus.

  • Cataire (Nepeta cataria) : si vous avez un chat, vous avez sans doute déjà acheter de l’herbe à chats ? Il s’agissait sans doute de Cataire. Reconnue pour calmer les félins, elle apaise aussi les enfants et les adultes.

Elle favorise le sommeil des enfants en diminuant leur tendance à faire des cauchemars. Ce qui est souvent le cas des enfants turbulents, stressés ou malades, ou qui ont le ventre tendu voire une forte fièvre. Elle calme aussi les adultes stressés et qui ruminent.
Pour les enfants, ce sera une infusion des parties aériennes en fleur et pour les adultes, une teinture. Ponctuellement ou sur une courte période. Stopper dès que les effets se font sentir.

A vous de jouer, pour un hiver en pleine forme ! Car souvenez-vous du vieil adage « Nous sommes ce que nous mangeons »…et buvons 😉

NB : Nous ne vous conseillons pas de remplacer les médicaments traditionnels par des plantes. Mais, si vous recherchez un mode de vie plus naturel, ci-dessus vous trouverez peut-être une autre manière d’utiliser et de consommer les végétaux. Facilement, naturellement et à petit prix, à vous de jouer.
Faites très attention aux dosages préconisés et si vous pensez être allergique ou intolérant à un des végétaux cités, renseignez vous auprès de votre médecin.

Laisser un commentaire